La Trinité

Une doctrine chrétienne qui a causé plusieurs divisions dans l’église chrétienne. Lors d’un débat avec un mormon, je me retrouvai incapable de défendre la logique de la trinité.

Normalement, nous définissons la trinité comme ceci :

Le Fils n’étant ni le Père ni l’Esprit, le Père n’étant ni le Fils ni l’Esprit et l’Esprit n’étant ni le Fils ni le Père. Mais chacun étant Dieu. Comme cela se peut-il?

L’explication classique chrétienne est que tous ensemble, ils forment Dieu. Mais que faire de verset comme ceux-ci?

« Mais lui (Étienne), étant plein de l’Esprit Saint, et ayant les yeux attachés sur le ciel, vit la gloire de Dieu, et Jésus debout à la droite de Dieu » (Actes 7 :55)

La question qui monte à mon esprit dans un cas comme celui-ci est : « Si les trois sont Dieu, comment peuvent-ils être tous au même endroit? »

Cependant, la Bible est claire à propos du fait qu’il y a Dieu le Père, le Fils (Jésus-Christ) et le Saint-Esprit. « Allez donc, et faites disciples toutes les nations, les baptisant pour le nom du Père et du Fils et du Saint Esprit » (Mathieu 28 :19) et autres.

Mais est-ce que leur mention est suffisante pour en venir à la doctrine de la trinité? Nous devons premièrement observer les liens qui unissent chacune de ces trois entités.

« Et l’ange répondant, lui (Marie) dit: L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-haut te couvrira de son ombre; c’est pourquoi aussi la sainte chose qui naîtra sera appelée Fils de Dieu. » (Luc 1 :35)

« Moi et le Père, nous sommes un » (Jean 10 :30)

Vous pouvez aussi voir : Deutéronome 6:4, Ésaïe 45:5, 1 Corinthien 8:4, Matthieu. 3:16-17, Jean 14:9, Jean 12:4, Romains. 8:9, Matthieu 1:20, Jean 14:16-17.

À la lumière de ces quelques versets, nous pouvons déduire qu’il existe une unité entre le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Mais, à dire que le Père, le Fils et l’Esprit sont tous Dieu, mais étant en même temps des entités uniques?

Nous pouvons voir un exemple dans Actes 5 :3-4

Mais Pierre dit: Ananias, pourquoi Satan a-t-il rempli ton coeur, que tu aies menti à l’Esprit Saint et que tu aies mis de côté une partie du prix de la terre?  Si elle fût restée non vendue, ne te demeurait-elle pas? Et vendue, n’était-elle pas en ton pouvoir? Comment t’es-tu proposé cette action dans ton coeur? Tu n’as pas menti aux hommes, mais à Dieu.

Pierre l’accuse d’avoir menti à l’Esprit Saint, et ensuite, à Dieu. Pierre affirme la « nature divine » du Saint-Esprit ici en l’associant à Dieu. Ensuite, nous avons Jésus qui s’associe à Dieu, dans l’Évangile de Jean, Chapitre 10, verset 30 « Moi et le Père, nous sommes un. » Et finalement, dans la première lettre de  Pierre, chapitre 1, verset 17, nous lisons : Car il reçut de Dieu le Père honneur et gloire, lorsqu’une telle voix lui fut adressée par la gloire magnifique: « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai trouvé mon plaisir ».

Nous voyons clairement que Le Père, le Fils et le Saint-Esprit sont tous les trois Dieu. Cependant, nous voyons clairement que tous les trois sont des entités différentes.

«  (Jésus parlant aux disciples) …mais le Consolateur, l’Esprit Saint, que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera toutes choses et vous rappellera toutes les choses que je vous ai dites. » (Jean 14 :26)

Nous voyons ici que le Saint-Esprit a un rôle différent que celui du Père. Le Père semble avoir « plus de puissance » que l’Esprit Saint. Mais, ceci, est une autre question, qui sera, Dieu voulant, répondu dans un autre article.

Mais, bref, nous voyons les différents rôles de chacun. Le Fils parle, le Père envoie et l’Esprit va.

Chaque personnes de la trinité à un rôle, donc il y a une structure, ou ordre, qui règne dans la manière donc la personne de Dieu est ordonné. Nous pouvons voir un scénario similaire au baptême de Jésus.

«  Dès que Jésus eut été baptisé, il sortit de l’eau. Et voici, les cieux s’ouvrirent, et il vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. Et voici, une voix fit entendre des cieux ces paroles: Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection. »  (Matthieu 3 :16-17)

Jésus, Dieu le Fils, reçoit Dieu le Saint Esprit, envoyé par Dieu le Père. De ce scénario nous observons clairement la communion qui lie ces trois entités. Particulièrement dans l’affirmation du Père « … En qui j’ai mis toute mon affection. » L’amour régit la Trinité.

Donc, nous avons le support biblique pour conclure qu’il y a trois entités qui ont un statut divin. Cependant, nous arrivons à un problème. Jésus, et les prophètes avant lui, ont enseigné le monothéisme.  Alors, pourquoi il y aura trois dieux?

C’est alors qu’arrive le mystère de la personne de Dieu. Nous voyons Dieu souvent comme une personne. Sans nier qu’il est une personne, je voudrai pousser le raisonnement plus loin. Ou plutôt, apporter un autre aspect qu’il faut considéré.

L’essence de la personne de Dieu.

Quand Jésus a surnommé Jacques et Jean, Boanerges, qui veut dire « Fils du Tonnerre, » il faisait référence à ce qu’invoquait le tonnerre. Ils avaient l’essence du Tonnerre, dans certains manuscrits il est écrit « hommes pareille au tonnerre, » Quand Jésus ce fait appeler « Fils de Dieu » c’est la même chose, « homme pareille à Dieu. »  Homme partageant la même essence que Dieu.

Je suis humain, comme vous, parce que mon père, humain, m’a donné sa nature. Sans être lui, je suis humain, et mon statut d’homme n’est pas en conflit avec le sien. Mais je peux être en conflit pour savoir qui est le plus grand humain.

Jésus partage la nature divine du Père, donc, les deux sont Dieu, de nature. Quant à l’Esprit Saint, le même principe est applicable. Car, L’Esprit est saint, comme Dieu lui-même est saint, donc, l’Esprit partage encore une fois, la nature divine. Qui fait de lui, un être purement divin.

Donc, la trinité est une expression de la nature sainte et divine de Dieu. Et trois êtres ont cette nature, donc, chacun est Dieu, mais ne sont pas en conflit les uns avec les autres, mais forme un tout, un tout, cependant, l’un n’est pas dépendant de l’autre, ils ont des entités différentes.

La trinité n’est pas une hérésie, mais une « simple » expression de la complexité de la gloire infinie de Dieu.

Publicités